L'ACTUALITE

MEDIATHEQUE
LIENS UTILES

Espace Adhérents

JE SOUTIENS

Quel pouvoir d’agir dans le secteur médico-social du handicap aujourd’hui ?

ou personnes handicapées, familles, aidants, professionnels, comment travailler ensemble au service du projet de la personne ?

C'était le thème du colloque organisé par l’Afiph au CRDP de Grenoble, le1er juin dernier, avec la participation exceptionnelle de Yann Le Bossé, Professeur à l'Université Laval à Québec.

Une manifestation qui a réunit plus de 300 personnes qui concluait une semaine complète consacré à ce thème. En effet, la semaine avait débuté lundi par un travail conjoint avec les membres du Comité de direction de l’Afiph, les administrateurs du Bureau de l’association. Elle s’est poursuivie le lendemain, à Moirans, avec un échange qui a été conduit avec les usagers à l’occasion des « Rencontres citoyennes de l’Afiph ».Le thème retenu dans le cadre de cette édition 2017 était : « Quel pouvoir d’agir sur mon projet de vie ». Une rencontre préparée en lien avec Claude Volkmar, Directeur général du Creai Auvergne Rhône-Alpes qui a rassemblé plus de 200 participants. Enfin, hier, le mercredi 31 mai, une rencontre s’est déroulée à Voreppe au Pôle Enfance Centre Isère, avec l’ensemble des membres du Conseil d’administration et des directeurs et directeurs adjoints de l’Afiph. Un temps qui fut particulièrement riche en échanges et partages où chacun a pu bénéficier des enseignements et de l’expérience de Yann Le Bossé qui était spécialement venu du Québec pour cette manifestation..

Le contexte

Les réglementations et les recommandations de bonnes pratiques de plus en plus prégnantes en matière d’accompagnement du handicap, des professionnels « sachant », les exigences de plus en plus affirmées par les personnes handicapées pour leur projet de vie et enfin des attentes et l’ambition légitime des parents pour leur enfant, qui disposent eux aussi d’une connaissance du handicap, sont autant de facteurs qui semblent complexifier aujourd’hui l’élaboration de réponses adaptées au regard de ce qui pourrait apparaître comme des injonctions paradoxales. Quelle est encore la place de chacun dans l’accompagnement du handicap ? Quel pouvoir d’agir reste-t-il à chacun des acteurs dans un cadre d’actions qui semble de plus en plus contraint ?

Pour tenter de trouver des éléments de réponse, l’Afiph a souhaité faire appel à un expert reconnu au plan international en la personne de Yann Le Bossé. Professeur titulaire au département des Fondements et pratiques en éducation à l'Université Laval à Québec, il est un des premiers universitaires à avoir théorisé et expérimenté sur le terrain le pouvoir d’agir ou ce que les anglo-saxons appellent « l’empowerment ».

Qu’est-ce que le Pouvoir d’agir ?

Le pouvoir d’agir se réfère à la capacité concrète des personnes (individuellement ou collectivement) à exercer un plus grand contrôle sur ce qui est important pour elles, leurs proches ou la collectivité à laquelle elles s'identifient. Exercer un plus grand contrôle, c’est-à-dire influencer ou réguler les événements de la vie quotidienne qui ont une importance particulière pour la personne. C’est ce que l’on appelle parfois « maîtriser sa vie » ou encore «prendre sa vie en main ». Cette proposition est assez radicale puisqu’elle propose une modification de la mission des pratiques sociales. À la question «qu'est-ce qu'aider ? » la réponse est ni soulager la souffrance, comme dans les approches caritatives, ni guérir de la souffrance comme dans les approches professionnelles fondées sur le modèle médical, ni encore de dénoncer les causes de la souffrance comme les approches militantes, mais plutôt de s'affranchir de la souffrance. Il n’est plus question d'appréhender les difficultés vécues par les personnes comme de problèmes uniquement psychologiques ou de déficiences, mais de se concentrer sur le dépassement de l'obstacle quelles que soient son origine et sa nature. Sans éluder la réflexion sur les origines des problèmes, cette approche pragmatique se propose de "soutenir sans prescrire",pour se centrer exclusivement sur ce qui constitue un obstacle au pouvoir d'agir de la ou des personnes. Il s'agit de créer les conditions pour qu'elles puissent agir individuellement ou collectivement sur ce qui est important pour elles. Dès lors, il n'est plus possible de définir le problème en termes de carences mais de s'appuyer sur les forces des personnes en modifiant parfois certaines habitudes ou certains blocages personnels.

Savoir plus

Dernièrement

Moment de partage, de connaissance et d’expression cette année encore à l’occasion de la traditionnelle Assemblée Générale annuelle qui s’est déroulée à Voreppe en présence de Luc Rémond, Maire de la commune et Vice-président du Pays Voironnais et de Laura Bonnefoy, Vice-présidente du Conseil départemental déléguée aux handicaps...

Lire la suite

Loto de Voiron le 14 octobre 2017

Lire la suite

Le Conseil d'administration 2017-2018

Lire la suite

Au coté de Georges Vié réélu Président , Florence Lombard est élue Présidente déléguée de l'Afiph

Lire la suite

L’Afiph signe une convention avec Trisomie 21 Loire

Lire la suite

Quel pouvoir d’agir dans le secteur médico-social du handicap aujourd’hui ?

Lire la suite

Les Rencontres Citoyennes de l'Afiph

Lire la suite

Signature de la première convention « sportif espoir » entre la FFSA et l’AFIPH, pour Nicolas Virapin

Lire la suite

« 3IPH » : Le fonds de dotation de l'AFIPH

Lire la suite

Nexem ? Vous avez dit Nexem ?

Lire la suite